Relation avec les êtres élémentaires

Il y aurait beaucoup à dire sur la relation entre les êtres élémentaires, c’est à dire le monde des êtres non-incarnés, dont font partie les esprits de la nature, les dévas, les dragons, etc.

Pour ce qui est de la nature des êtres élémentaires je vous renvoie à l’excellent livre de Steeve di Marco,  Dialogue avec les esprits de la nature, que vous pouvez vous procurer auprès d’Amazon.

1ère réalité dont il s’agit de prendre conscience: Nous ne sommes pas les seuls êtres évolués à vivre sur cette terre. D’autres formes de vie habitent cette terre, et nous devons absolument apprendre à partager l’espace. La colonisation humaine s’apparente à une conquête alors que nous devrions cohabiter. Cela n’est pas seulement le cas pour notre relation avec la Nature, les animaux, les plantes, la mer, les lacs. Une relation avec les êtres élémentaires s’inscrit également dans une telle vision de cohabitation.

L’humain est certainement la seule forme de vie sur cette terre capable de construire des bulldozers, des ordinateurs et transplanter des organes. Mais il y a des êtres non-incarnés qui peuplent cette terre, qui disposent d’une grande intelligence sans toutefois pouvoir intervenir sur le plan matériel. Leur intelligence de beaucoup d’entre eux n’est pas orientée au profit à court terme et à l’exploitation comme la nôtre. Elle vise l’harmonie entre les plans.

Voici une histoire, réelle, qui illustre le problème de la cohabitation, et qui donne aussi une indication claire que respecter le monde élémental, c’est aussi leur laisser des endroit où nous êtres humains, ne venons ni pour pique-niquer, ni pour construire, camper ou d’autres activités humaines. Les aborigènes savaient cela, il a fallu du temps pour qu’on leur rende leur endroit sacré, Uluru, plus connu sous le nom de Ayers Rock. Mais respecter le monde élémental, c’est bien plus que de leur créer un parc naturel, comme vous allez comprendre:

Ça se passe tout près d’une jolie petite ville dans la Drôme. Je m’y suis rendu car il y avait une maisonnette avec un bout de terrain à vendre, située en plein verdure et avec une magnifique vue sur la chaîne de montagnes d’en face. Idyllique? Quand j’ai visité l’endroit avec la dame de l’agence immobilière, je me suis rendu compte d’un aspect inhospitalier de l’endroit, ça ressemblait un peu à un repaire de maquisards. Derrière la maison, il y avait un poteau électrique EDF, même si le propriétaire de la maison n’a jamais fait aboutir la fée électricité dans cette maisonnette, ce poteau et la ligne était là, et dégageait pas mal de négativité. La maison datait de 1977, construite à l’origine comme un abri, son toit permettait de récolter l’eau de la pluie qui se déversait dans la citerne. La dame de l’agence nous disait qu’un sourcier était venu pour trouver de l’eau. Il avait prétendu que l’eau se trouve sous un petit peuplier, à une 10 aine de mètres à côté de la maison. Le propriétaire actuel, malade, ne peut plus venir passer ses loisirs dans cette maisonnette, alors il essaye de vendre ce petit bout de paradis.
Nous nous posons 1000 questions, surtout pour savoir pourquoi le propriétaire a renoncé à creuser pour chercher de l’eau alors que la végétation aux alentours nous indique qu’il doit bien en avoir? Le lendemain, nous sommes revenus, pour essayer d’en savoir d’en savoir un peu plus. Je vous fais grâce des détails, mais la première chose que nous avons découvert en approchant la maison, c’est une succession de zones créant un fort décalage du plan latéral. Je n’ai jamais rencontré de telles zones négatives, elles parcouraient l’ensemble du terrain, il semblait ne pas y avoir de logique. Puis, nous avons commencé à discuter avec la terre, pour comprendre l’histoire de l’eau et de savoir s’il y avait une source quelque part. Très vite, nous faisons connaissance de Ganesh, maître de l’endroit, et d’une entité de nature “feu” qui est responsable de la mise en place du dispositif négatif. Nous lui demandons d’enlever la protection du site pour que nous puissions le visiter impunément, ce qu’elle est prête à faire. La maisonnette a été construite au milieu d’un site naturel mais habité et utilisé par toute une série d’élementaux. Ils nous ont montré comment ils peuvent leurrer les sourciers de manière à ce qu’ils ne trouvent jamais d’eau. Nous supposons aussi qu’ils se sont arrangés pour rendre malade le propriétaire actuel. Le poteau électrique, responsable de la pollution électrique importante, a été placé sur un croisement curry. Nous avons montré à l’élémental feu comment déplacer les lignes, et comment éviter la pollution électrique en plaçant une gaine sur le câble aérien. Nous voulions surtout qu’il participent activement et que les élémentaux apprennent à faire et à défaire. Une minute après, les élémentaux ont également corrigé la ligne à moyenne tension, située non loin de là. Quand la pollution électrique a disparu, les elfes ont pu reconstruire le dôme sur le site. Quelle énergie merveilleuse.
Quand nous avons quitté l’endroit, remercié par les elfes, le dispositif s’est refermé derrière nous. Nous ne pouvons pas empêcher que l’endroit sera revendu, mais nous savons déjà maintenant que le futur propriétaire y perdra sa santé …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *